La Figure De La Prostituée Dans La Littérature

Splendeurs et misères des courtisanes est une sorte de clef de voûte à La Comédie humaine, le grand cycle romanesque dHonoré de Balzac 1799 1850. Ce roman publié en quatre parties entre 1838 et 1847, met en scène Lucien de Rubempré, dont lascension sociale est due à lamour que lui porte lancien forçat Jacques Collin déguisé en un prêtre espagnol, labbé Carlos Herrera. Lucien sélève dans la société en devenant lamant de grandes dames, mais Carlos Herrera veut aussi utiliser une jeune prostituée pauvre, Esther, dont Lucien est amoureux. Dans cet extrait, il va la chercher dans le quartier de la basse prostitution à Paris, dans le but de la transformer en une courtisane de luxe, et grâce à elle, plumer un riche banquier, au bénéfice de Lucien. Cette grande diversité, associée à une superposition des zones dhabitation, engendre un sentiment dinsécurité culturelle. De nombreuses associations, organisées par communauté et lieu dorigine, se développent : clubs de récréation, groupes détudes, sociétés religieuses, mais également associations de commerçants et guildes professionnelles. La lecture historienne classique dun texte littéraire consiste à en faire soit un document pour lécriture dune histoire ici de la prostitution, soit un foyer producteur de représentations chapitre I. Dans cette perspective, un savoir historien déjà constitué sur la prostitution au temps de la Monarchie de Juillet pourrait relever la plus ou moins grande exactitude du texte de Barbey dAurevilly qui écrit quarante ans plus tard. Dans cette perspective toujours, lécriture de la nouvelle peut être contextualisée du côté dun nouveau moment débullition éditoriale décennies 1860 et 1870 en matière décriture de la prostitution quil suffise ici dévoquer Nana de Zola. Après sêtre exercée à ces contextualisations possibles, Judith Lyon-Caen en propose une troisième appuyée sur lécart chronologique entre la fin du règne de Louis-Philippe et le moment décriture de la nouvelle ce quelle nomme le brouillage. Dans Les femmes de droite, paru aux Éditions du remue-ménage, Andrea Dworkin nous amène à réfléchir sur le besoin impératif des femmes de survivre à une société profondément violente, dirigée contre elles, qui les amène à se rallier à lantiféminisme comme un moindre mal. Demblée le locuteur place ses auditeurs en situation de comparaison avec le comparatif como et dexemplarité avec le substantif arquetipo. Lauditoire est donc dans un processus didentification. Lanaphore rhétorique, élan rythmique de lénoncé et la gradation permettent dimprimer dans la mémoire de lauditoire les informations délivrées. Elle crée dit Fromilhague une tension poétique qui vise à entraîner ladhésion. La répétition parfois anaphorique du prénom du jeune garçon contribue également au processus didentification. De la sorte, le narrateur signifie implicitement à son lecteur la volonté de manipulation du locuteur. La polysyndète, multiplication du lien de coordination y suggère une multiplication infinie des dangers. Ces figures de style témoignent avec exagération de la visée pédagogique souhaitée de ce discours. Par ailleurs, dans la phrase : Y muere en el pecado mortal, la répétition lexicale qui crée un effet de redondance sur la notion de la mort met clairement en exergue la volonté deffrayer. Les exclamations ah marquent aussi bien la dramatisation du locuteur que loralité de son discours. Lamour de laquelle peut advenir la rédemption voir Francisque Sarcey, Le XIX e siècle, La loi sur les écrits pornographiques, 3 juillet 1882. Mémoire présenté à lUniversité du Québec à Trois-Rivière comme exigence partielle de la maîtrise en études littéraires Université du Québec à Trois-Rivière. 2005 la figure de la prostituée dans la littérature Réflexions de lauteure sur sa vie de femme et les évènements qui ont guidé ses choix de vie, sur la place laissée dans les sociétés modernes à chacun des deux sexes, sur lordre établi, sur son expérience de la prostitution occas.. MAUPASSANT de G, Bel ami le personnage de Rachel à la fin du chapitre I. la figure de la prostituée dans la littérature Marie Deraisme, Épidémie naturaliste, Dentu, 1888, p 79. Cette ordure de fille, ensemencée et récoltée dans lordure.. Sétait transformée, dun coup, par loccasion miraculeuse du plus profane amour, en un lys aux pétales de diamants et au pistil dor bruni des larmes les plus splendides qui eussent été répandues, depuis les siècles dextase quelle recommençait. Madeleine, comme elle voulait quon lappelât, mais Madeleine de la Sépulture.., Léon Bloy, Le Désespéré, Paris, Mercure de France, 1930, p 113. la figure de la prostituée dans la littérature Le neuvième volume des Rougon-Macquart, suivi dune anthologie sur la figure de la prostituée. Dans une édition spécialement conçue pour les lycéens. Léon Bloy, La Femme pauvre, Rennes, La Part Commune, 2004, p 44. Au moment où la prostitution semble exploser dans les villes, la fille des rues envahit la littérature de la seconde moitié du XIXe siècle.. Mais la comtesse sen aperçut et prévint son mari dun signe. Il haussa les épaules comme pour dire : Que voulez-vous, ce nest pas ma faute. Mme Loiseau eut un rire muet de triomphe et murmura : Elle pleure sa honte. Le rendez-vous avec la maladie fait partie des expériences extrêmes. Cest ce moment de danger vital que Sorj Chalandon interroge avec Une joie féroce Grasset. Des sujets de type bac pour lécrit et pour loral.